Réunion du 18 septembre 2020

Réunion de Coup de Soleil le 18 septembre 2020

Nous nous sommes réunis dans une salle du restaurant Bar « La Meunière » 69 rue Bayard 31000  Toulouse.
Nous étions huit : Françoise, Claudine, Micheline, Yasmina, Habib, Claude, Dominique et Marc.
C’était notre première réunion physique depuis celle du 19 juin (chez Habib), du fait de l’épidémie du Coronavirus. Nous avons eu une rencontre informelle dans le jardin de Maryse le 10 aout puis une réunion en visio-conférence fin aout pour préparer le vide grenier et le pique-nique des 3 soleils prévus en septembre [on a dû finalement l’annuler…]. mais rien ne remplace une vraie réunion.

L’ordre du jour proposé était le suivant :
1° Du bilan du vide-grenier.
2° Préparation de la venue de la lauréate du coup de cœur de Coup de Soleil
3° Mise en place du prochain Coup de Cœur.
4° Recherche d’une association algérienne avec qui entreprendre un partenariat.
5° Recherche d’une collaboration avec l’Université.
6° Les futurs projets de notre association.
7° Les livres, les films, les musiques et les rencontres exceptionnelles qui nous ont marqués pendant cet été.
Les décisions se prennent en réunion et pas par mail.
Claude et Marc

1er point : Le vide grenier.
Nous avons récolté 500 €. Ce fut une très belle journée. Une jolie participation de presque tout le monde de l’association. Un peu fatigante mais qui nous a permis de discuter beaucoup entre nous en ayant du temps. Nous étions bien placés. L’organisation du comité de quartier a été très bien faite. C’est à renouveler. Aux mêmes emplacements. Donc rue du chant du merle en 2021.

2ème point : La venue de la lauréate du Coup de Cœur 2020 : Dalie Farah pour son roman Impasse Verlaine
Cela se tiendra le 16 octobre à la librairie L’autre rive et le 17 octobre à la médiathèque Serveyrolles.
Nous réservons une chambre d’hôtel car elle préfère l’hôtel à un hébergement militant.
Nous avons eu une discussion, vive, par courriels puis pendant la réunion, sur le principe des 100€ demandés par le libraire pour l’intervention du « présentateur professionnel » à la librairie L’autre rive. Mais les choses étant enclenchées nous ne reviendrons pas sur ce sujet. Toutefois il nous faut trouver d’autres librairies pour les prochaines rencontres.
Habib propose le Salon du Safran Idouakas de la part de Habib. Claudine, Micheline et Yasmina vont prendre contact.
Pour 2021 Nelly (de la médiathèque Serveyrolles) aura un budget…
Qui y sera le 16 : Claudine, Micheline, Yasmina…
Pour le repas du soir, avec l’auteur : Claudine, Micheline, Yasmina…
Qui y sera le 17 : Claudine, Micheline, Yasmina et Marc.
Marc fera un flyer pour la rencontre à la médiathèque Serveyrolles du samedi.
Des échanges nombreux depuis notre réunion nous ont amené à décider de reporter à plus tard l’invitation de Dalie Farah : contraintes financières imprévues mais surtout prévision d’un public trop restreint qui décevrait l’invitée comme notre association

3ème point : Mise en place du prochain coup de cœur
Marc a fait une affichette.

Pour les livres Françoise a en sa possession 404, Bleue Blanc Brahms et Le 1er convoi.
(Je n’ai pas noté s’il y a les deux autres livres en circulation et où)

Le 7 novembre on doit les présenter à la médiathèque Serveyrolles.
Micheline et Françoise présenteront Requiem,
Marc Le 1er convoi,
Claude 404, http://alger-mexico-tunis.fr/?p=2272
Claudine Sables,
Yasmina Bleue Blanc Brahms

4ème point : La recherche d’une association avec qui faire un partenariat au Maghreb

Nous étions sur 3 pistes : La coopérative d’apicultrices, une association de féministes algériennes sur le statut de la femme (Cf le texte de Georges) et l’association : Grana nostra.
Nous n’en savons pas plus, pour l’instant, sur la coopérative d’apicultrices. Claude qui suit le sujet a eu du mal à joindre Hassinah. Mais Jean Pierre a un contact avec un apiculteur dans le Comminges…
Sur Tharwa n’Fadhma n’Soumeur nous pensons que nous ne sommes peut-être pas les mieux placés pour défendre, à Toulouse, les luttes des femmes algériennes sur le code de la famille, même si nous partageons tout à fait leurs combats.

Claude a recherché le contact et a pu discuter avec Hamina Cheballah de l’association d’Alger: Grana nostra, (nos grains nos graines) http://grananostra.com   qui veut promouvoir les semences traditionnelles. Pour l’instant ce n’est encore que théorique, il n’y a pas pas de réalisations concrètes. Il s’agit de promouvoir la conservation et la reproduction.
(Nous pourrions les mettre en lien avec une association similaire dans le Tarn. http://www.petanielle.org/#petanielle-page-516  ) L’aspect intéressant c’est que ce sont des femmes, donc on retrouve les problèmes du statut juridique de la femme algérienne et de son droit à la terre. Nous pourrions promouvoir leurs actions, les faire venir, être une caution morale pour obtenir des subventions, et surtout les mettre en contact avec des associations…
Habib parle de la maison paysanne à Limoux https://www.maisonpaysanneaude.fr  où il a été la semaine précédente. Ce mouvement développe l’idée d’une souveraineté agro-alimentaire pour les agriculteurs, de l’accès à la propriété du sol.
Claudine pense à une coopération avec les gens que nous avions contacté les années précédentes… les micros projets… Occitanie coopération https://www.oc-cooperation.org/widget-accueil-zone1/annuaire-des-acteurs-doccitanie-de-la-cooperation-et-de-la-solidarite-internationales/
Habib parle sur ce sujet d’une piste d’une commission du Conseil régional consacrée à la coopération internationale décentralisée.  https://www.oc-cooperation.org/associations-ong/
Habib propose aussi d’inviter à une réunion une intervenante Jacqueline de l’université Paul  Sabatier qui est dans une association qui commercialise les semoules d’une coopérative féminine de Beni Mellal (Maroc central) Ce sont Claude et Habib qui suivent le dossier.

5ème point : Recherche d’une collaboration avec l’Université.
Habib dit qu’il n’y a rien à tirer de l’Université pour l’instant vu la crise sanitaire. Il faut attendre.

6ème point : les projets futurs.
Dominique demande ce qu’il faut faire des 50 cartons prévus pour les bibliothèques enfantines au Maroc, projet qui a été abandonné. Habib lui répond qu’il y a des cars qui partaient chaque dimanche matin (avant la Covid ?) de Bagatelle et cela coute 1,5€ le Kg. (Un rapide calcul donne 1500 €  ce que nous ne pouvons absolument pas financer)
Jacqueline et Dominique avaient vu les livres et les avaient sélectionnés pour qu’ils soient intéressants pour des élèves de Collège. Habib propose qu’on envoie au moins quelques cartons pour une somme de 300 € surtout vu la crise terrible du système éducatif marocain liés au Covid. Habib et Dominique vont écrirent une lettre à l’établissement concerné.

7ème point : Les livres, les films, les musiques et les rencontres exceptionnelles qui nous ont marqués pendant cet été.
Claude a lu le livre d’Alice Zeniter. Un Empire dans un empire. Voir son blog.  http://alger-mexico-tunis.fr/?p=2782 Il rajoute qu’il est complètement délirant et absurde que le vecteur de communication de notre association toulousaine soit un blog personnel ! C’est une absolue nécessité d’avoir un site qui fonctionne. C’est un enjeu au niveau national. Coup de Soleil national demande de l’argent pour reconstruire le site internet et Claude pense qu’il faut vraiment les soutenir. D’autant que si CDS national n’a pas le festival Maghreb Du Livre en février 2021, ce qui est à craindre, l’absence d’un site qui fonctionne remet en cause son existence même. Donc il faut donner et faire donner.  On prend les dons sous toutes les formes, mais la référence des dons en ligne : https://www.helloasso.com/associations/coup-de-soleil/collectes/un-nouveau-site-web-pour-coup-de-soleil
Marc a lu Le pays de l’autre de Leila Slimani, et beaucoup aimé ce personnage de femme forte, surtout après avoir lu Chavirer le Lola Lafon ou le consentement de Springora, excellents, mais dont les personnages féminins sont des victimes.
Isabelle, qui n’a pas pu venir, informe par courriel que le 28 septembre Francois Geze sera à Ombres Blanches et que le 29 septembre Emilie Noteris et Fatima Ouassak seront chez les Frères Floury
Micheline a lu Fatima Daas : La petite dernière, petit livre qui l’a un peu déçu.
Habih a lu Ma part de Sarrasin de Magyd Cherfi et Alaa El Aswany : J’ai traversé le Nil qui est un livre historique sur la révolution égyptienne et sur la liquidation de la jeunesse. Il l’a trouvé formidable.

Nous décidons que la prochaine réunion sera le 23 octobre chez Zoubir au 1er étage.
(Annelise réserve la salle)

Pour le Conseil d’Administration de Coup de Soleil National du 10 octobre
nous mandatons Yasmina qui montera à Paris.
(Marc doit lui faire un récapitulatif de tout ce qu’on a fait depuis le début de l’année)

Informations annexes sur des manifestations prochaines à Toulouse :

28 septembre à 18 h librairie Ombre Blanche accueil de François Gèze pour le livre Hirak en Algérie

7 octobre, librairie Floury, 18h30, présentation par l’auteur Magyd Cherfy de son livre La part du Sarrasin

Du 6 au 22 octobre, 5 manifestations organisées par les Amis d’Averroes à la Maison des diversités (voir avec cet envoi le flyer en PDF ci-dessous)

Annexe : Le courriel de notre ami Georges Rivière sur Tharwa n’Fadhma n’Soumeur

Je ne vais pas pouvoir venir ce soir. Je le regrette car, en ayant le plaisir de vous retrouver, j’aurais voulu dire quelques mots sur l’association Tharwa n’Fadhma n’Soumeur avec laquelle vous allez peut-être travailler, du moins je l’espère. Voici quelques mots…
…Tharwa n’Fadhma n’Soumeur est déjà une association ancienne (1992 ?) créée par des militantes féministes issues majoritairement de l’AEF (Association pour l’Émancipation des Femmes). Hassina en était membre avant d’arriver en France. Elle se définit comme association mixte pour l’abrogation du code de la famille. Ourida Chouaki, qui en était présidente et co-fondatrice, insistait beaucoup sur le mot « mixte », car elle désirait associer des hommes à la lutte féministe pour l’égalité des droits. Association revendicative totalement en rupture avec les institutions, indépendante des partis politiques, Tharwa n’Fadhma n’Soumeur a fait de l’information juridique auprès des femmes, des actions de planning familial, a participé à l’édition du DVD « 20 ans barrakat » contre le code de la famille, a créé Alger un centre de ressources pour les femmes, s’inscrit dans la Marche mondiale des femmes, le Forum Social maghrébin, mais surtout s’implique dans des projets de développement concrets pour que les femmes se donnent une indépendance économique, condition sine qua non pour qu’elles puissent prendre en main leur destin. C’est d’ailleurs dans cet esprit qu’avait été initiée la Caravane des associations démocratiques, avec l’association toulousaine Ayda, traversant toutes les villes de France pour rencontrer des associations partenaires afin de monter les projets en partenariat. Que ce soit pour créer un troupeau de moutons pour des éleveuses, participer à la création d’une coopérative apicole, l’association a très souvent œuvré en partenariat avec des associations ou des collectifs en France, (Ayda, le mouvement de la Paix de Rennes, Secours Populaire etc… et même… la mairie de Lamballe en Côtes-d’Armor par exemple qui a appuyé la création de la coopérative apicole en favorisant des formations).
Je suis régulièrement en contact avec cette association à Alger, et c’est avec elle ( et d’autres) que nous avons affrété des bus il y a quelques années pour aller à Tunis manifester notre solidarité après les attentats du Bardo.
Monter des projets transméditerranéens porteurs de valeurs de développement durable et écologique (éco-féministe) autogérés, n’a peut-être jamais été aussi important que dans cette période de reflux que nous vivons. Je vous embrasse.

(Compte-rendu d’après les notes de Marc, complétées par Claude)

Marc
Author: Marc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.