Réunion du 2 juin 2006

Compte-rendu de la Réunion de Coup de Soleil à Toulouse le 2 juin 2006

 

 

Compte-rendu de la réunion de Coup de Soleil à Toulouse le 2 juin 2006 chez Hassina et Georges.
Nous étions huit. Il y avait Dominique T., Claudine, Georges, Hassina, Momo, Redha, Annelise et Marc…

En étant peu, nos réunions sont de plus en plus riches et nos échanges entre 2 réunions aussi…
Je reprends donc une mise en page plus conforme à la richesse de nos débats et qui permette de faire le point régulièrement… Le secrétaire.

CAHORS: Claudine , Georges et Hassina ont repris oralement le compte rendu qu’ils nous avaient envoyés de leur visite à Cahors du samedi 13 mai 2006 où ils sont partis pour expliquer «Coup de Soleil» et voir l’ex-tension possible à Cahors. Venus de Toulouse : Hassina Hamaïli-Rivière, Claudine Nissou-Mokedem, Georges Rivière (et Yacine). Accueil à Cahors : Jean Guiral, Lounes Bourad, Patou, Malika Azem. En guise de préambule, merci à Jean notre ambassadeur et notre guide avisé dans la cité cadurcéenne, à Malika pour ce qu’elle a dit tendrement de son oncle Slimane, à Lounes pour nous faire découvrir Sitting Bull derière la Kahéna et à Patou pour son hospitalité dans la maison d’entre les arbres.
Ce petit texte rend compte des discussions que nous avons eues et des présentations que nous avons faites. – Bref historique. Le groupe de Cahors a été rencontré lors de la Caravane des Associations Démocratiques Algériennes organisée par Ayda en 1998. Celle-ci est partie de Cahors à l’occasion du festival du chaînon manquant où le groupe Zebda avait fait le concert de solidarité qui avait été le premier apport financier de son périple en France. Nous avons retrouvé le groupe de Cahors sur d’autres actions avec l’Algérie, notamment lors de la solidarité avec les victimes du tremblement de terre de Boumerdés.
– Quel est l’intérêt de Coup de Soleil? Nous avons distribué le petit texte explicatif sur Coup de Soleil Midi-Pyrénées en expliquant que Coup de Soleil était pour nous une occasion de recommencer à « activer » mais sur des bases plus ouvertes, plus diversifiées, plus culturelles et plus conviviales. Pour autant la culture est «aussi» politique en ce sens qu’elle promeut, entre les deux rives, des valeurs humanistes qui vont à l’encontre des totalitarismes de tout poil. L’intérêt de Coup de Soleil c’est que c’est un réseau national qui peut nous aider à mettre en commun des actions (on a parlé de la troupe de théâtre qui est venue à Cahors, de même que l’exposition sur Kateb Yacine) mais aussi de bénéficier de conseils juridiques voire de renforcer des pressions politiques (refus de visas, expulsions etc.). C’est un réseau qui peut se créer. Pour autant, et nous avons assisté sur cela, nous sommes autonomes politiquement et pratiquement (tant que ce n’est pas contradictoire bien sur avec la charte nationale).
– Pourquoi Midi-Pyrénées et pas Toulouse ? Pour se renforcer numériquement et créativement, pour mutualiser nos efforts, diversifier nos interventions et renforcer nos actions. Nous avons dit que si le bureau était actuellement Toulousain il serait modifié pour refléter la région dans le cas où Cahors (comme Michel et Ingrid dans le Gers) viendrait à Coup de Soleil, ce que nous espérons. Nous avons dit que pour participer au CA et aux AG qui ont lieu à Paris il est important que l’adhésion soit formelle (bulletins distribués sur place). Remarque en réponse à une question concernant l’adhésion : elle est individuelle et non pas collective. – Réactions sur le texte Coup de Soleil Pas de réactions pour l’instant hormis une remarque critique concernant le fait que lorsqu’on parle de racisme il faille à tout prix rajouter l’antisémitisme. Pourquoi mettre une telle spécification, comme si l’antisémitisme était une catégorie « plus » face aux agressions anti-arabes ou anti-homo-sexuelles ? L’anti-racisme, la xénophobie ne suffisent-elle pas ?
– Le couscous de l’amitié début juillet à Béziers. Il nous paraît important qu’à ce couscous organisé traditionnellement par le groupe de Montpellier, avec Perpignan, nous soyons présents, pour connaître et se faire connaître concrètement en tant que groupe et personnes. La convivialité aide. Cahors est intéressé pour y aller. A cette occasion nous avons parlé du désaccord qui a traversé le groupe de Montpellier concernant l’attitude de Frèche. Personne n’approuve mais de façon sensiblement diverse, nuancée. Tout le monde reconnaît qu’un élu ne doit pas ainsi « pêter » un plomb. Mais certains disent que de l’autre côté ce n’est pas blanc-bleu non plus, et qu’on n’a pas dit que certains groupes harkis ont soutenu Frèche.
– Les actions envisagées: Les copains de Cahors parlent de leur difficulté à sensibiliser la communauté maghrébine, essentiellement marocaine, à Cahors, sauf quand il y a des éléments de convivialité. Hassina précise que s’il est vrai qu’on ne doit pas faire trop « intello » et penser à entourer les actions d’un volet festif, la communauté maghrébine n’était pas nécessairement une communauté de projet. Elle propose de diversifier les actions, exemple : pièce de théâtre, expo, débat autour d’un thème, couscous de l’amitié sont un ensemble d’actions qui diversifie les publics mais organisées sur une journée et sur un même lieu cela permet des rencontres parfois étonnantes et où tout le monde trouve son compte.
– Commémoration/information sur le 8 mai 45 : à Cahors ils mettent déjà des gerbes de fleurs dans le Lot, font des rassemblements, projettent des films etc… mais La Dépêche en rend peu compte. Si on s’y met tous on pourrait peut-être faire bouger (« manif fluviale » proposée par Georges), sauf si ça tombe pendant les élections pestilentielles de 2007. À voir ensemble. –
À la rentrée nous ferions venir 3 réfractaires à la guerre d’Algérie auteur de leur livre « Les réfractaires » . Un film-interview accompagnerait la présentation du livre et le débat. Rappelons que les réfractaires étaient des non-violents refusant de porter les armes et favorables à un service civil en Algérie. Ce ne sont donc ni des porteurs de valise, ni des militants ayant rejoint les nationalistes algériens. Ils sont moins connus. Marc s’en occupe.
– Participation au tour de France des éditeurs algériens : c’est un projet de Nazim Mehbel. Oui si on fait autre chose autour du livre et nous insistons sur le côté formation. Mais il faut se renseigner plus sur l’idée de Nazim.
– Les copains de Cahors ont eu l’air très intéressés par l’action «cinéma» de Habiba rencontrée au Festival Résistances. On l’a expliquée. C’est un exemple passionnant de partenariat. De toute façon le groupe de Cahors va se réunir pour discuter de tout cela.
Nous avons regretté, mais cela est peut-être significatif, de n’avoir pas été informés de la Caravane des femmes du Maghreb dans un certain nombre de villes. C’est vraiment quelque chose dans lequel nous aurions pu nous impliquer d’autant plus qu’un certain nombre de nos partenaires algériens « historiques » y participe.
La fiche d’activité: Hassina a proposé (par mail) une activité «coup de soleil midi-pyrénées».

Marc
Author: Marc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.