Réunion du 27 janvier 2006

Compte-rendu de la Réunion de Coup de Soleil à Toulouse le 27 janvier 2006
Nous étions huit. Il y avait Dominique et Michel M., Dominique T, Georges et Hassina ainsi que Claudine, Catherine et Marc. Marc pense que notre rythme de réunion trop rapprochée nous empêche de faire venir des adhérents. Ceux-ci ne voient plus ce qui est réunion de travail et ce qui est assemblée générale. Nous avons entamé les débats avec une discussion sur le mouvements les indigènes de la République : http://toutesegaux.free.fr dont Georges et Hassina nous ont retracé l’histoire : on peut être d’accord avec le diagnostic sans en partager les conclusions. Hassina pense que ce mouvement renvoie les européens à un statut de «petit blanc» en ne tenant pas compte des anti-colonialistes et en omettant les luttes associatives ou syndicales. Ces mouvements, les indigènes de la République ou le CRAN (Cf: http://www.afrik.com ) … montrent l’urgence et la vivacité du débat historique. Ce qui fait penser à Georges que nous ne sommes pas en mesure, actuellement, vu l’état de nos forces, d’assumer un débat sur la mémoire post-coloniale. D’autant plus que, selon Dominique, nous assimilons trop, en ce moment, post colonialisme et crise des banlieux. Catherine pense que ces débats d’intellectuels ne sont pas suffisants et qu’il faut aller vers les jeunes dans les quartiers. Marc pense que cela impose un choix sur les 2 propositions que nous avions vu émerger à la précédente réunion entre la proposition «1° centre ville» (Ombres Blanches / Utopia / expo photo) et celle de «2° la périphérie» (Takti-collectif / débat dans un quartier).
La-dessus la discussion s’engage. Catherine estime qu’il nous faut engager un vrai débat avec les jeunes des quartiers pour qu’ils puissent exprimer leurs difficultés quotidiennes, les contrôles, le racisme… Marc pense que c’est l’absence de mémoire respectable des jeunes des quartiers qui est déterminante et que notre apport spécifique pourrait porter là dessus. Georges propose de rédiger un petit opuscule qui pourrait servir de support sur l’histoire de l’Algérie. Si on ne sait pas d’où on vient on ne sait pas où on va! Hassina voudrait que ce soit les jeunes eux mêmes qui se lance dans ce travail de mémoire. La dessus un débat particulier s’installe dont le paragraphe ci-contre, rédigé par Dominique M. témoigne plus particulièrement. Georges va travailler sur le livre sur l’Algérie. Il émet des réserves sur la faisabilité actuelle du travail dans les lycées qui est trop important au regard de la disponibilité réelle des gens.

Coup de soleil dans les collèges et les lycées : Travail sur la mémoire et la représentation qu’on a de son histoire quand on est collégien, lycéen, issu de l’émigration.Travail sur les représentations qu’on a sur les pays d’origine des camarades de classe issus de l’émigration. Il s’agirait de rencontrer les élèves soit dans leur classe, soit dans des associations d’aide au travail, des associations de quartier et d’engager avec eux un débat sur ce thème. Recueil de leurs récits, de leurs représentations. Ce travail serait mené en parallèle avec la rédaction – pilotée par Georges – d’un texte sur l’histoire de l’Algérie que l’on pourrait communiquer aux jeunes dans un second temps pour engager un débat entre ce texte et ce qu’ils savent, ce qu’on leur a transmis, leurs représentations.

Nous nous sommes interrogés sur le point suivant : Si on engage un débat au sein d’une classe ou d’un groupe, on ne peut se centrer sur les seuls adolescents d’origine algérienne. Ils auront comme compagnons des enfants d’origine tunisienne, marocaine mais aussi d’autres pays d’Afrique, de pays d’Asie, etc. L’idée est alors de travailler avec tous de manière assez vaste sur ce que chacun sait de ses origines, de son histoire. Resterait à déterminer comment recentrer ensuite le projet sur l’Algérie / le Mahgreb.
Membres de coup de soleil prêts à travailler sur ce projet : Claudine, Catherine, Hassina, Michel, Dominique, notamment. Il est proposé par Hassina un temps de réflexion avant une prochaine réunion : ce projet lui semble intéressant à mettre en œuvre, mais elle s’interroge sur le fait que ce soit un projet coup de soleil. Dominique prendra prochainement rendez vous avec une amie qui est inspectrice de l’éducation nationale, pour recueillir des informations sur les établissements et les dispositifs à contacter sur ce projet. Claudine et Catherine recueilleront aussi des informations via des établissements et des associations. Il a été aussi question de repérer au  » Maghreb des livres  » des ouvrages et des auteurs, des intervenants, susceptibles d’alimenter notre réflexion et notre travail sur ce thème. Mais rien n’a été prévu ni décidé. Claudine, Michel et Dominique iront en repérage au Maghreb des livres avec notamment cette idée en tête.
A suivre…. Dominique (M).

La-dessus il n’en sort rien de plus concret.
Nous ne prenons pas plus de décision sur cette première apparition de Coup de Soleil Toulouse entre 1° et 2°, si ce n’est que Georges doit préparer un texte de présentation de notre association locale, à partir de texte national. Il faut que la prochaine réunion, de travail, placée juste avant le Magreb des livres à Paris, tranche sur cette question de visibilité. Il nous faudra aussi mandater qui va au Conseil d’Administration en Mars à Paris.

Prochaine réunion de travail de Coup de Soleil Midi-Pyrénées Le vendredi 17 février à 19h chez Georges et Hassina
Prochaine Assemblée Générale de Coup de Soleil Midi-Pyrénées Le vendredi 24 mars à 19h dans un lieu encore inconnu à ce jour

Marc
Author: Marc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.